16

Ce vendredi 13 décembre, l’entrée des expositions se fera exceptionnellement par le 10, rue royale. Vous pourrez acheter vos tickets à notre billetterie, BOZAR TICKETS, située au 16, rue Ravenstein, juste en face du Palais des Beaux-Arts. 

BOZAR présente une grande rétrospective de l’artiste américain légendaire, Keith Haring. Ami et compagnon d’art à la fois d’Andy Warhol et de Jean-Michel Basquiat, Keith Haring manifesta une présence unique dans le New York des années 1980, jouant un rôle clé dans la contre-culture et créant un style immédiatement reconnaissable. Surtout célèbre pour ses motifs iconiques − chiens aboyeurs, bébés rampants et soucoupes volantes −, Haring cherchait à faire œuvre  d’« art public » qu’il diffusait à travers son Pop Shop, les médias ou encore dans les métros et les espaces urbains collectifs. Puisant ses influences dans l’expressionnisme abstrait, le pop art, la calligraphie japonaise ou les travaux des grapheurs new-yorkais, son style singulier, en apparence spontané, était tout autant traversé par les énergies de son époque, du voyage dans l’espace au hip-hop et aux jeux vidéo. Une œuvre puissante, qui n’a rien perdu de son actualité.

Organisé par la Tate Liverpool en collaboration avec BOZAR/Palais des Beaux-Arts de Bruxelles et le Musée Folkwang, Essen.

------------------

En raison de la fragilité des œuvres présentées dans la Blacklight Room, vous ne pouvez visiter cette salle qu'aux heures suivantes :

Du mardi au dimanche :
11:00 – 11:30 
13:00 – 14:00
15:00 – 15:30
17:00 – 17:30
 
Durant les nocturnes du jeudi :
19:00 – 19:30
20:30 – 21:00
 

Le saviez-vous ?

  • © Caroline Lessire

    Un Diable rouge en visite à BOZAR

    En mai dernier, Thomas Meunier, Diable rouge et défenseur émérite du Paris Saint-Germain, s’est rendu à BOZAR. L’occasion pour le célèbre footballeur de renforcer son lien à la culture. 

    lire la suite
    — publié le
  • CINQ CHOSES À SAVOIR SUR KEITH HARING

    L’héritage visuel de l’artiste américain Keith Haring est le reflet d’un état d’esprit, celui d’une décennie et d’un continent. Ses personnages qui font écho à la bande dessinée, ses couleurs vives et ses chiens aboyeurs ont fait le tour du monde, mais cette production artistique ne doit pas masquer une autre facette de sa personnalité. Keith Haring s’en est pris à la politique intérieure et étrangère et a pimenté la vie nocturne et les soirées clubbing des eighties, livrant aussi un combat national – et personnel – contre le virus du sida qui allait finalement l’emporter dans les années 1990. La grande rétrospective que lui consacre BOZAR revient sur la vie mouvementée et l’œuvre de cette légende américaine. Petit avant-goût en cinq faits.

    — publié le

En cours et à venir

Précédemment