‘Ars Musica VOX - International contemporary music season’

Now →
15 Mai'22

Pour cette nouvelle édition, Ars Musica explorera la voix dans tous ses états, sous multiples géographies. Car si elle est commune aux cultures du monde entier, sa technique est souvent unique, au service d’une langue, d’une intention ou d’une pensée. La voix est d'abord, pour les êtres sociaux que nous sommes, vecteur de la parole. Elle véhicule du sens, assure la communication. Mais la voix est aussi un instrument et la première source de musique...

Parlée, chantée, scandée, susurrée, hurlée, chuchotée, la voix sera l’élément central de cette édition qui réunira des traditions vocales du monde entier, des diphonies mongoles au chant du nô japonais, des voix boréales aux fêlures majestueuses des mélopées éthiopiennes, en rencontre avec la création. Car si la vocalité évoque un des points saillants de l'essence humaine, elle fait apparaître parallèlement sur la carte du monde les frontières culturelles selon les recherches, et du même fait, les utilisations de celle-ci. La tradition fait souvent référence à travers les cultures et croyances à l'univers acoustique, c'est-à-dire à un univers fait de sons et de rythmes décrivant tantôt comme en Inde, l'origine du monde dans un cri (les Veda, livres "révélés" par les divinités aux sages de l'époque védique et présentés comme contenant toute la sagesse divine), tantôt dans les lignes de la Genèse, proclamant l'unité vibratoire.

Si le chant reste parfois inchangé depuis plusieurs milliers d'années dans certaines cultures, notamment extra-européennes, il reste encore aujourd’hui source d’inspiration des compositeur·trice·s contemporain·es. Ces dernier·ère·s ont loisir d’y entendre des complexités inouïes qui remettent en question leur confort de création. Le festival Ars Musica, fidèle à sa ligne éditoriale, esquissera des passerelles entre musiques écrites et traditions orales, entre cultures occidentales et extra-occidentales, pour faire naitre des oeuvres nouvelles, développant des langages inventifs. L’édition 2021 sera l’occasion de cultiver l’oreille voyageuse, le goût d’une écriture à risque et d’orchestres peu communs.