Publié le

Des selfies furtifs à travers les âges

Dans l’ombre de Vivian Maier

Vivian Maier est omniprésente dans ses œuvres. Dans un miroir, un reflet de fenêtre ou dans l’ombre de l’asphalte de New York. Mais quels artistes ont précédé cette photographe de rue new-yorkaise dans ces selfies artistiques ? Voici un aperçu des autoportraits les plus furtifs – des plus subtils aux moins originaux.

Jan van Eyck

Le tableau est entre-temps devenu mondialement connu et il ne cache pas non plus son jeu dans sa signature. « Jan Van Eyck était ici. » Il est possible de voir apparaître l’artiste dans le miroir convexe du Portrait des Époux Arnolfini.

Clara Peeters

Au XVIIe siècle, les natures mortes étaient considérées comme le style de peinture le moins reconnu, voire réservé aux femmes uniquement. Clara Peeters a réalisé certaines des plus belles natures mortes des Pays-Bas. Dans l’une de celles-ci, elle transcende le genre avec brio en se représentant elle-même dans le reflet d’une jarre en terre cuite.

Lucian Freud, Flora with Blue Toenails (2000-2001)
Lucian Freud, Flora with Blue Toenails (2000-2001)

Lucian Freud

Lucian Freud était connu pour obliger ses modèles à poser pendant de longues heures. Dans son œuvre, il pousse souvent la relation entre l’artiste et le modèle à l’extrême. Son ombre s’introduit dans la peinture Flora with Blue Toenails tel un nuage sombre et sinistre.

Lee Friedlander, Shadow—New York City (1966)

Lee Friedlander

Sur les clichés du photographe Lee Friedlander, il est possible de retrouver d’innombrables autoportraits de l’artiste, dans une ombre ou un reflet. Tout comme Maier, il repousse les limites de l’autoportrait et de la photographie de rue.

Erwin Olaf

Sur un portrait royal, tout le monde part du principe qu’absolument personne ne pourrait avoir l’honneur de poser avec le roi. Erwin Olaf l’a fait. Un photobomb aussi royal que modeste, déplacé ou génial ?
 

Vous pouvez admirer les autoportraits de Vivian Maier jusqu’au 28 août à Bozar.