Regardez ✕ lisez ✕ écoutez

Découvrez un spectacle, revivez un concert, partez à la rencontre des artistes, glissez-vous dans les coulisses ou plongez-vous dans une thématique. Bozar vous invite au plus près de ses activités.

Publié le

Le philosophe et sociologue Edgar Morin (France) dialogue avec Béatrice Delvaux

Avec la série d’interviews vidéo Repairing the Future, Bozar entend ouvrir de nouvelles perspectives sur l’avenir en donnant la parole à des scientifiques, des artistes et des penseurs de différentes disciplines. Nous nous intéressons ici à l’économie, l’écologie, la mobilité et l’architecture, mais aussi à la beauté et au réconfort. Cette semaine, nous accueillons le philosophe et sociologue français Edgar Morin lors d’une rencontre avec Béatrice Delvaux.

Repairing the future

Cet article s'intègre dans le cadre de

Repairing the Future

Le philosophe et sociologue Edgar Morin (1921) est l’une des figures de proue de la pensée française contemporaine. Son large corpus d’œuvres est caractérisé par un intérêt pour la connaissance à même de saisir la complexité de la réalité et d’observer le singulier tout en le plaçant dans une vision d’ensemble. Dans La tête bien faite, Relier les connaissances, il présente sa pensée sur l’éducation. Son livre Sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur (2000) a été traduit dans de nombreuses langues.

« Je vois la vie comme étant composée de deux pôles opposés : la prose de la vie quotidienne, les choses que nous devons faire pour survivre, et d'autre part les choses qui nous font progresser, qui nous rendent heureux ; l'amour, l'amitié, la fraternité, mais aussi la littérature, la poésie, la musique, les œuvres d'art... tout cela doit ajouter de la poésie à la vie de chacun. Et je pense que cela a ajouté de la poésie dans la vie de beaucoup de gens qui, pendant le confinement, se sont soudainement retrouvés face à un opéra de Mozart ou de Verdi. Nous devons faire en sorte que ces plaisirs ne soient pas réservés à une petite élite, mais soient accessibles à tous, car chaque être humain a besoin de ces expériences poétiques. »